Blog Sexy

Blog Sexy avec histoires coquines, photos érotiques et vidéos de sexe, un blog intime de CI


Elle et Moi – 2ème chapitre – Toujours plus !

Posté par

Je savoure la sensation de ton anus enserrant ma verge. Je m’assois en t’entraînant avec moi et tu te déhanches sur moi en poussant de petits cris. Mes doigts caressent ta délicate chatte, dessinant des arabesques sur ton ventre et tes seins avec ta mouille. Tu soupires d’aise. Mon sexe glisse avec aisance jusqu’au plus profond de toi. Je pousse délicatement tes cheveux pour dégager ton oreille et en mordille le lobe avant de murmurer :

« – Umm… Ca coulisse très bien. Trop bien, en fait, tu ne dois plus rien ressentir… »
« – Oh si… Si tu savais comme je sens bien ta queue… »
« – Et moi je penses que tu pourrais la sentir encore mieux. »
Je te laisse t’empaler lentement sur ma hampe, observant ton corps sinuer contre le mien, le caressant, léchant tes tétons. Puis je demande :
« – Tu n’as pas quelques toys ? »
Tu murmures lascivement :
« – Umm… Si. Mais je préfère ton sexe… »
Je te caresse encore, ma main glisse sur ton ventre, je te sens te tendre, attendant mes doigts. Je chuchote :
« – Tu l’auras, ne t’inquiètes pas… Je veux juste que tu le sentes encore mieux. »
J’embrasse ta nuque, t’arrachant un soupir et ajoute :
« – Je n’en ai malheureusement qu’un, je ne peux pas être partout… »
J’enfonce mes doigts dans ton intimité et tu te cambres en hurlant :
« – Oui, oui, prend-moi, caresse-moi, je suis à toi ! »
Je te prends profondément, massant tes seins. J’ai bien du mal à sortir de toi mais me dis que je prendrais encore plus mon pied quand je t’aurais rétréci un peu le cul. Un long ‘Non’ de dépit s’échappe de tes lèvres. Je le savoure avec délice, sachant qu’il augure de ton envie à venir. Je me relève et tu restes les yeux dans le vague, imaginant encore mon membre naviguant en toi. Tu le regardes avec gourmandise, te léchant les lèvres. Puis tu le caresses et enfin le suces. Mes mains caressent tes cheveux, jouant avec eux. Puis je t’aide à te relever. Nous restons face à face à nous regarder, nous dévorer des yeux. Je craque, te plaque contre le mur, te caresse ardemment, mon sexe frottant contre le tien. Tu répètes doucement ‘Baise-moi, je suis ta chienne…’ Je sens l’humidité de ta fleur, la douceur de ses pétales. Mais je me force à nouveau à m’éloigner de ton corps en feu. Je tète une dernière fois ton sein et te tiens par la main en disant :
« – Allez, montre-moi tes jouets… »
Tu souris et tu penches la tête en murmurant :
« – Tu vas bien me baiser, n’est-ce pas ? »
Je ris :
« – A ton avis ? Si je ne me retenais pas tu serais en train de te faire défoncer contre le mur… Que crois-tu qu’il va se passer quand je me laisserai aller ? »
Tes yeux brûlent de désir, ta langue glisse sur tes lèvres. Puis tu me tires par la main et je te suis, regardant ton cul qui ondule devant mes yeux. Tu te retournes et dis en souriant :
« – Viens, je vais te montrer tout ça. »
Je te retourne ton sourire et te suis.

Tu m’ouvres un tiroir et te recules. Je contemple le contenu : Un plug, quelques godes de tailles et formes diverses. J’en saisis un et le jauge. Je ne te regarde pas mais je sais que tu es frémissante, impatiente et que tu me regardes avec désir, imaginant mes mains enfonçant tes jouets en toi. Je lâche en continuant mon inspection :
« – Je vais t’enculer, tu sais. Bien fort. »
Tu pousse un soupir de plaisir et répond :
« – Umm… Oui. Et je vais jouir. »
Je sors un nouveau gode. Je le regarde longuement : il a l’air de me convenir. Je daigne enfin te regarder et contemple ton corps offert, tes seins dressés, ta mouille qui ruisselle sur tes cuisses. Je demande :
« – Tu ne te touches pas ? »
« – Non. Mon corps est à toi, rien qu’à toi. »
Je m’approche de toi et te dis :
« – C’est vrai… »
Je glisse alors le gode dans ta chatte et tu pousses un gémissement. Je le ressors et te le fais lécher, goûtant ta mouille. Puis je le fais glisser le long de ton corps en tournant autour de toi. Puis je titille tes mamelons avec et te dis de t’asseoir par terre. Tu obéis sagement. Je m’assois à tes côtés et glisse à nouveau le gode en toi en t’embrassant. Tu me dis alors :
« – Tu me rends folle. Encule-moi vite, s’il te plait… »
Je ne répond pas et te fais allonger en appuyant mon avant bras sur tes épaules. Mon sexe est tout proche de ton visage. Tu tends le cou pour me sucer. Je te laisse te démener quelques instants en te regardant d’un air amusé. Tes hanches ondulent lentement, rythmant la pénétration du gode en toi. Puis je le glisse avec délectation entre tes lèvres et tu l’accueilles avec un plaisir non feint, ta langue caressant doucement ma verge. Je caresse ta poitrine et commence à faire bouger mes hanches. Je m’apprête à faire sortir le gode de ton sexe mais tu me caresse la main pour la retenir. Je te laisse alors le contrôle et me place par dessus ton visage pour te baiser la bouche. Je te pilonne lentement en savourant le bruit de succion de ta bouche qui répond en écho à celui de ta chatte. Je me penche en arrière et te maintient la nuque pour rester au fond de ta gorge. Je tapote sur ton clitoris et tu sursautes en poussant un gémissement étouffé. Je me retire alors de ta bouche et tu me laisses partir, sachant parfaitement ce qu’y t’attend maintenant.

Je te caresse encore t’embrasse, admire combien ton regard dégage du désir, de la bestialité même. Je te retourne alors sur le ventre. Tu continue à te limer la chatte et susurre :
« – Je vais jouir… Vite, encule-moi… »
Tu sens que je me place au dessus de toi et ta respiration s’accélère, tu répètes encore et encore ‘Oui, oui… Vas-y’. Ma hampe t’ouvre et tu pousses un hurlement en te cambrant. Je place ma main sur ta nuque et plaque ton visage sur le sol. Je te sens partir, te tendre, gémir. Je te ramone l’anus et te souffle à l’oreille :
« – Alors, tu regrettes ? »
Tu balbutie, incapable d’organiser tes pensées :
« – Je… Oui… Non… Mais… Oh, c’est bon… Je vais… Aaah !!! »
Ton corps est secoué de spasmes alors que la jouissance te saisit, tu hurles, gémis. Je saisis ta main pour continuer le mouvement de va et viens du gode que tu es incapable de continuer seule. Je relâche ta nuque et tu te cambres complétement en ahanant :
« – Oh… Je… Ton sexe… Ah… C’est bon… Prend… Ah, oui… »
Je te murmure doucement :
« – Laisse-toi aller, savoure… »
« – Ah… Je… Tu… Oh oui !!! »
Je saisis ta chevelure en continuant à te défoncer. Les spasmes se calment et ton corps devient amorphe. Je maintiens ton corps en suspens par tes cheveux et laisse le gode dans ta chatte pour caresser tes seins. Quelques secousses parcourent encore ton corps. Je relâche ta tête et elle tombe lourdement au sol. Tu ne cries pas, tu soupires juste alors que je recommence à faire bouger le gode.

Je te regarde, inerte mais toujours haletante. Je saisis un autre gode et le pose sur ta rondelle, arrêtant un instant mes allers et venues. Tu ne réagis pas. Je le pousse alors en toi. Tu gémis doucement. Je t’embrasse sur la joue, le front, la nuque. Puis je demande :
« – Tu as mal ? »
Tu hoches doucement la tête. Je pousse plus fort :
« – Tu veux que j’arrête ? »
Tu rassembles toutes tes forces pour secouer la tête aussi fort que tu le peux. Je souris et murmure :
« – Je le savais. »
Je te lime, te ramone, te défonce, te déchire. C’est à mon tour de perdre le contrôle, mes hanches enfoncent le gode toujours plus loin dans ton anus. Tu reprends peu à peu vie, reprenant le contrôle du gode qui emplit ta chatte. J’en profite pour te saisir par les cheveux, tirant ta nuque vers moi. Puis je pose mes mains sur tes hanches et les caresse doucement avant de les saisir pour te sodomiser plus fort, plus profond. Tu gémis de nouveau, hurles ton plaisir. Je pose ensuite mes main sur tes épaules et pousse un râle en savourant la sensation de mon sexe en toi. Je te prends ainsi longuement. Il me semble même que j’ai joui mais tu m’as retenu et j’ai continué, limant ton cul encore et encore. Enfin je sens que je vais exploser encore. Cette fois-ci je suis assez conscient pour te tirer la tête en arrière et te dire :
« – Tu en as déjà eu plein le cul… Je vais t’en foutre plein la gueule, maintenant. »
Tu réponds d’un ton vague :
« – Umm… Oui. Du bon sperme sur ma gueule… Oui… »
Je saisis tout les godes et les jette au loin. Je me redresse et tu te jettes sur ma queue. Je sens ta langue, tes lèvres, ta salive et même tes dents. Je m’enfonce loin dans ta gorge. Je ressors et tu cherches à m’avaler à nouveau. Je te saisis par les cheveux alors que tu tends le cou vers mon sexe. Je te dis que tu auras droit à goûter mon sperme… Mais plus tard. Tu t’agenouilles alors sagement et me regarde en ouvrant grand la bouche. Je la referme gentiment et souris en disant :
« – Plus tard, j’ai dit… »
Tu me souris et ferme les yeux en attendant avec impatience. Tu n’attends pas longtemps et tu sens vite un liquide gluant et chaud te recouvrir. Puis tu suçotes mon gland quand je le pose sur tes lèvres et tu as un avant-goût de mon sperme.

Je caresse tes cheveux, étale le sperme qui y a atterri. Puis je me recule et te regarde lécher tes lèvres, ramasser le jus tombé aux commissures de tes lèvres et lécher tes doigts. Je vois que tu t’apprêtes à te nettoyer ainsi le visage mais je saisis ton poignet et dis :
« – Reste ainsi… Tu m’excites. »
Tu te lèche à nouveau les lèvres et te lèves. Nos corps se collent. Je t’embrasse et sens le goût et l’odeur de mon sperme. Cela m’excite. Tu caresses ma verge légèrement ramolli. Je saisis tes fesses et doigte ton cul en disant :
« – Je pense qu’un peu de repos nous permettrait de prendre plus de plaisir encore… »
« – Umm… Non, baise-moi encore… Je suis sûre que tu le peux. »
« – Tu n’as pas mal au cul ? »
« – Si. Mais tu m’as déchiré. Maintenant tu ne pourras pas faire pire… »
« – Peut-être… Mais ton cul se refermera un peu. »
Tu fronces les sourcils, arrêtent quelques secondes ta masturbation :
« – Et alors ? »
« – Tu n’as pas envie que je t’ouvre à nouveau le cul ? »
Je sens dans ton regard et ton attitude que l’idée seule te fait déjà jouir. Je n’ose imaginer ce qui se passera lorsque je te prendrai à nouveau… Je t’entraîne vers le lit et nous nous allongeons. Nous nous enlaçons, nous embrassons. Je sens ton impatience et ai bien du mal à contenir la mienne. Je te dis :
« – Tu es une salope. Je vais te baiser comme telle. »
Tes yeux brillent lorsque tu réponds :
« – Umm… Oui, bonne idée… »
Nous nous embrassons de nouveau et mon sexe entre dans le tien sans même que je m’en aperçoive…

Proposée par Talis Cat

Laisser un commentaire